Louis-Philippe Dalembert : Mur Méditerranée

Mur Méditerranée      par    Louis-Philippe Dalembert.

Sabine Wespieser éditeur (2019), 332 pages.

 

Mur Méditerranée est un grand roman absolument indispensable tant il rend compte du sort des réfugiés, en les faisant vivre, souffrir, espérer, déprimer, reprendre goût à la vie. Tous, ils fuient des conditions de vie impossibles, insupportables.

 

 

La guerre, la dictature, un service militaire  qui n’en finit pas, la famine, des sècheresses aux conséquences dramatiques… les motifs pour partir ne manquent pas et Louis-Philippe Dalembert (photo ci-contre) a le mérite de mettre tout cela en scène au travers de trois femmes d’origines géographiques et sociales différentes.

 

 

D’emblée, il m’a plongé en plein cauchemar, à Sebratha, en Lybie, à soixante-dix kilomètres de Tripoli. Ainsi, petit à petit, j’ai fait connaissance avec Semhar, jeune Érythréenne, Chochana qui vient du Nigéria et Dima, Syrienne accompagnée d’Hakim, son mari, et de leurs deux filles. Pour ces derniers, pas de doute, l’argent ne manque pas. S’ils fuient les bombes de Daech ou d’Assad, ils sont à l’hôtel en attendant le départ pour l’Europe.

 

 

L’intérêt de ce roman est immense car l’auteur fait partager la vie de chacune et connaître les motifs de leur départ, motifs qui apparaissent de plus en plus évidents. Régulièrement, les médias évoquent le sort tragique de réfugiés ou parlent du refus d’accueil de quelques pays mais ils n’abordent jamais en profondeur les causes de la migration. Louis-Philippe Dalembert le fait avec talent, ménageant suspense et intérêt jusqu’au bout.

 

 

D’autres auteurs ont parlé de ce sujet. Je pense à Laurent Gaudé dans Eldorado, ou à Delphine Coulin (Une fille dans la jungle) ou encore à Baudoin et Troubet dans leur BD, Humains, la Roya est un fleuve mais il y en a bien d’autres… Pourtant, jamais je n’avais lu autant de détails sur le cauchemar que vivent ces enfants, ces femmes et ces hommes qui voudraient simplement vivre dignement.

 

 

Pour écrire cela, l’auteur est allé vivre un mois sur l’île de Lampedusa et a recueilli de nombreux témoignages de réfugiés comme d’habitants de l’île ou encore de bénévoles travaillant pour les ONG. Son grand mérite est de ne stigmatiser personne mais sans épargner non plus ceux qui exploitent sans vergogne la détresse de leurs semblables. Il montre à l’œuvre les passeurs, tous ces réseaux qui se sont constitués pour prospérer sur la misère, gagner un maximum d’argent tout en infligeant les pires souffrances et d’atroces outrages à celles et à ceux qui sont contraints de passer par eux.

 

 

Au passage, la France n’est pas épargnée. « Le pays des Droits de l’homme » où l’on se gargarise de mots mais où l’on fait trop peu. L’Angleterre, l’Allemagne, les pays du nord de l’Europe semblent plus accueillants mais les mouvements d’extrême-droite sont très actifs pour refouler ces gens qui rêvent de s’intégrer pour vivre dignement. L’Italie est au premier rang avec la Grèce et Malte mais quand un bateau va couler en Méditerranée, il faut  agir sans attendre. Combien de femmes et d’hommes n’ont pas pu être sauvés ?

 

 

Il faut lire ce Mur Méditerranée afin que ceux qui rêvent d’imiter les Nazis lorsqu’ils fortifiaient notre littoral méditerranéen, ne puissent pas réaliser leur projet.

Jean-Paul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Mimi 11/11/2019 00:12

Les hommes savent mieux construire des murs que des ponts. Et quitter son pays d’origine est une grande souffrance pour tous ces réfugiés qui s’arrachent à leurs racines. Merci pour ce partage qui ajoute aux témoignages de tous ces hommes et ses femmes perdus en mer et sur terre.

Jean-Paul 11/11/2019 10:55

Vous avez bien raison. Pour avoir lu d'autres articles ou livres sur ce que vivent les réfugies, je n'avais jamais découvert des textes allant aussi loin et en même temps aussi près du sort quotidien de ces femmes et de ces hommes, comme dans Mur Méditerranée. Ce livre est encore dans la liste du Prix Goncourt des Lycéens et j'espère qu'il obtiendra ce prix qui est toujours beaucoup plus humain que son modèle...

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog