Delphine Coulin : Une fille dans la jungle

Une fille dans la jungle      par     Delphine Coulin.

Grasset (2017), 237 pages ; Le Livre de Poche (2019) 240 pages.

 

J’avais été touché par Samba pour la France et bien, j’ai été bouleversé par Une fille dans la jungle. Delphine Coulin a su parfaitement traduire, une nouvelle fois, toutes les souffrances endurées par nos semblables déracinés qui tentent de trouver un peu de bonheur de vivre dans notre pays… même s’ils rêvent un peu trop d’Angleterre.

 

 

Bien sûr, quand le mot jungle apparaît dans le titre, il s’agit de la jungle de Calais et j’ai suivi avec appréhension et douleur les pas de cette jeune Éthiopienne, Hawa, qui voit le démantèlement complet de la jungle et qui décide de rester, de ne pas se laisser embarquer ni berner par de fausses promesses. Elle est avec Elira et quatre garçons : Milad, Ali, Jawad et Ibrahim. La boue, la saleté, le froid et la faim sont leur quotidien plus les violences qui ne cessent de s’abattre sur eux.

La nuit était claire et froide. La fille avait un visage pur, fin. Ses lèvres pleines de jeunesse, à peine gênées par les gerçures, réchauffant l’oiseau déplumé, tellement sale que seule sa patte amputée semblait avoir échappé à la boue. Elle l’a caressé du bout de son doigt. On aurait dit un rat avec des ailes. » Voilà le quotidien de ces jeunes sortis ou pas de l’enfance mais dont la vie se joue souvent à pile ou face.

 

 

Au fil de leur errance dans une zone qui jouxte le port et l’entrée du tunnel, Delphine Coulin reprend chacun de ses personnages pour retrouver son point de départ et un parcours fait d’épreuves souvent terribles.

 

 

On achète, on exploite, on vend ces jeunes qui affrontent une multitude de dangers pour se retrouver là : « Ils vivaient au milieu de six mille hommes et femmes venus d’Albanie, d’Éthiopie, d’Érythrée, d’Afghanistan, d’Égypte, d’Iran, du Koweit, de Syrie, du Vietnam, dans ce qui était devenu une ville. Aller d’un bout à l’autre du camp revenait à faire le tour du monde. Un voyage au bout de la crasse, dans le plus grand bidonville d’Europe. »

 

 

Tout près de leur but ultime, cette Angleterre fantasmée qui ne se trouve qu’à 33 km, ils ont quand même rencontré des gens bienveillants tentant de les aider, d’atténuer leurs souffrances. Grâce à ce livre, j’ai davantage compris tous les risques que prennent ces gens qui voient circuler les autres sans problème. Cela va même plus loin : « Hawa respirait l’odeur de l’essence qu’elle aimait, en se disant que s’ils avaient été des tomates, la vie aurait été plus simple. »

 

 

Taxés, exploités, confrontés aux pires dangers, aux gangs, aux passeurs, à ceux qui leur volent le peu d’argent qu’ils portent, ils sont des naufragés qui peuvent sombrer à tout moment dans cette boue dont ils n’arrivent pas à se débarrasser.

 

 

Si Delphine Coulin (photo ci-dessus) néglige la fin du parcours européen de ces migrants, d’autres l’ont bien fait comme Baudoin et Troub’s dans Humains, la Roya est un fleuve. Avec Une fille dans la jungle, elle rappelle et ouvre nos yeux sur un drame qui n’est pas près de se terminer.

Jean-Paul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog