Joseph Ponthus : À la ligne

Joseph Ponthus, jeune écrivain qui nous avait tant ému avec À la ligne, est décédé dans la nuit du 23 au 24 février 2021 des suites d'un cancer. Il avait 42 ans !

Simplement, pour lui rendre hommage, voici ce que nous avions publié sur le blog, le 25 janvier 2020.

 

À la ligne  Feuillets d’usine     par    Joseph Ponthus

La Table ronde (2019) 266 pages ; Folio (2020) 288 pages.

 

 

 

Voilà un livre vraiment pas ordinaire ! Tout d’abord, Joseph Ponthus applique son titre en allant À la ligne très souvent, un peu comme dans des vers libres mais c’est une allusion directe aux travaux dont il parle, ces Feuillets d’usine que tout un chacun devrait lire pour se rendre enfin compte de ce qui se passe derrière les murs de ces établissements gourmands de main-d’œuvre intérimaire.

 

 

 

Ensuite, il se passe complètement de toute ponctuation, ce dont je serais incapable mais cela n’a nullement gêné ma lecture, même lorsqu’il énumère des chanteurs, par exemple. C’est osé et c’est réussi !

 

 

« J’écris comme je pense sur ma ligne de production divaguant dans mes pensées seul déterminé

J’écris comme je travaille

À la chaîne

À la ligne »

 

 

Joseph Ponthus dont c’est le premier roman, aime écrire. Il le dit plusieurs fois mais explique sa situation : éducateur social, il a choisi de suivre son épouse en Bretagne et ne trouve plus qu’un remplacement  chaque été pour exercer son métier. Le reste du temps, il bosse là où on l’embauche, plutôt dans des conserveries et dans un abattoir.

 

 

Tout ce qui est écrit est vécu ou ressenti mais c’est en même temps un formidable tableau social de ce qui se passe dans ces usines qui emploient deux tiers d’intérimaires. De plus, l’auteur ne cache rien de ses souffrances physiques et morales, parle de ses rapports avec ses camarades de travail, des pauses sur lesquelles on rogne au maximum et des horaires sans oublier les problèmes de déplacement, fondamentaux quand on ne possède pas de voiture.

 

 

Il faut tenir, résister à la souffrance physique et passer ces heures interminables. Là, Joseph Ponthus a une force incroyable : sa culture, son amour et sa connaissance des auteurs, des chanteurs.

 

 

De temps en temps, il s’échappe du travail comme lorsqu’il se rend devant le monument aux morts sur l’île de Houat où est inscrit le nom de l’arrière-grand-père de son épouse, un homme qui a été tué au Chemin des Dames, en 1917. Avant de citer la formidable Chanson de Craonne, il écrit :

 

« Antoine Le Garun

Marin pêcheur

Mort dans la Grande Boucherie

Dans la plus grande offensive inutile de la Grande Boucherie

Mais

Mort pour la France »

 

 

Ainsi, sans la moindre ponctuation, ce livre est un cri de souffrance, de douleur mais aussi d’amour et de foi dans le travail et la solidarité humaine. Ce texte a une force incroyable et devient un témoignage d’une terrible vérité lorsqu’il parle de son travail à l’abattoir. L 214 peut diffuser des vidéos mais les mots de Joseph Ponthus sont  forts que les images les plus horribles.

 

 

Chaque semaine, dans Charlie Hebdo, Luce Lapin nous appelle à ouvrir les yeux et à voir les animaux comme des êtres vivants, comme nous, alors qu’ils sont abattus, découpés comme de la marchandise.

 

 

À la ligne rappelle aussi que l’homme sait si bien exploiter son semblable pour toujours plus de profit, quitte à détruire sa santé, sa vie familiale et abréger son passage sur Terre.

 

 

Dans la tête de l’auteur fourmillent sans cesse poèmes et chansons. Il invente des stratagèmes pour tenir, pour supporter la souffrance. Même les temps de repos sont pollués par l’idée de reprise du travail, ce travail tant désiré, tant recherché mais dont ce capitalisme qui règne en maître, organise la pénurie afin d’exploiter au mieux les ouvriers et de réaliser toujours plus de profits.

Jean-Paul

 

 

 

À la ligne  Feuillets d’usine     par    Joseph Ponthus

La Table ronde (2019) 266 pages ; Folio (2020) 288 pages.

 

 

Joseph Ponthus (photo ci-contre) a travaillé d’abord comme éducateur spécialisé, à la maire de Nanterre ; puis son mariage en 2015 le conduit en Bretagne, à Lorient, où il ne trouve pas de travail dans son domaine. Il s’inscrit donc dans une agence d’intérim et il va alors enchaîner différentes missions dans l’industrie agro-alimentaire, conserveries de poisson et abattoirs bretons entre autres.

 

Grâce à l’amour de son épouse et de sa mère, à Apollinaire et à Trenet, aux livres et aux chansons qu’il a aimés en général, sans oublier son chien Pok Pok, il parvient à supporter la fatigue, la répétition des gestes, le bruit, le froid, les odeurs, les cadences infernales.

 

C’est cette vie que Joseph Ponthus va retracer de façon extrêmement puissante et poétique dans À la ligne, Feuillets d’usine.

 

 

L’écriture est particulièrement originale. Il s’agit d’un long poème sans ponctuation, retournant sans cesse à la ligne où chaque mot est percutant et décrit formidablement bien cet univers de travail à la chaîne.

 

 

Ses mots, ses lignes sont autant de clichés photographiques instantanés qui nous restituent à la fois le ressenti du travailleur intérimaire qu’il est, et l’ambiance au travail.

 

Il réussit un véritable tour de force en construisant une poésie du réel. Le rythme du récit en fait un livre captivant qui décrit bien la violence accablante de l’usine. Un livre atypique et subjuguant.

Ghislaine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Azeline 24/02/2021 19:59

Bonsoir,
c'est bien triste après un tel parcours; j'aurais volontiers continuer à le lire.

Paulette 24/02/2021 19:43

Bonsoir Ghislaine et Jean- Paul,
C’est gentil à vous de lui rendre cet hommage. Je l’aimais beaucoup ce monsieur et aujourd’hui, je me sens triste.
Un auteur de talent s’en est allé retrouver d’autres auteur(e)s et chanteur(se)s qu’il aimait et dont il parlait si bien mais je crois aussi que c’est un homme de grand cœur qui est parti. Qu’il soit heureux!
Merci à vous deux,
Paulette

Jean-Paul 26/02/2021 17:59

C'est nous qui vous remercions, Paulette !
Nous partageons votre tristesse comme tous les lecteurs qui avaient découvert Joseph Ponthus dans À la ligne, un auteur et un homme de très grande valeur s'en est allée bien trop tôt, hélas...

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog