Guillaume Sire : Avant la longue flamme rouge

Avant la longue flamme rouge      par    Guillaume Sire.

Calmann-Lévy (2020) 331 pages.

Prix Orange du livre 2020.

 

 

Je sors de ma lecture bouleversé, complètement traversé par cette vie que Guillaume Sire (photo ci-contre) a si bien su écrire, ce drame cambodgien - un de plus sur notre chère planète Terre – un peu trop vite oublié parce que lointain alors que la France était présente dans ce pays où nous avions tenté d’imposer la religion catholique, notre langue et notre culture.

 

 

Si Avant la longue flamme rouge n’avait pas obtenu le Prix Orange du livre 2020, je ne sais pas si j’aurais entendu parler de ce roman publié par Calmann-Lévy. C’est ce prix mis en avant par Lecteurs.com et grâce à Nicolas Zwirn que je je remercie, que j’ai découvert la terrible histoire de Savarouth.

 

Tout débute en pleine déconfiture du prince Sihanouk, choyé par la France, mais chassé par le général Lon Nol que les États-Unis soutiennent. Ce dernier instaure une république mais c’est le chaos dans tout le pays car les Khmers rouges, aidés par leur voisins communistes veulent mettre le grappin sur le pays.

 

À Phnom Penh, la capitale, vit la famille Inn qui a tout pour être heureuse. Vichéo, le père, dirige le service des litiges à la Chambre d’agriculture pendant que Phusati, la mère, enseigne la littérature française au lycée René-Descartes. Ils ont deux enfants : Savarouth (11 ans) et Dara (9 ans) et leur maman ne ménage pas ses efforts pour leur lire des histoires et leur faire découvrir la poésie. Ainsi, Savarouth se crée un monde fantastique de personnages imaginaires où Peter Pan côtoie les héros de l’Iliade et de l’Odyssée. Il réussit même à mettre mentalement au point un Royaume Intérieur qu’il maîtrise et un Empire Extérieur d’où vient le danger.

 

Guillaume Sire m’a offert une plongée extraordinaire dans un pays qui se déchire. La nature, la plantes, les traditions, les superstitions s’accumulent sans jamais lasser car tout se passe sur les traces de ce que vit Savarouth. Petit à petit, l’horreur, l’indicible, la cruauté humaine prennent le dessus. Savarouth que l’auteur a rencontré à Montréal, de 2004 à 2007, subit les pires épreuves, rencontre à chaque pas la méchanceté et la violence mais révèle une force incroyable malgré des souffrances intolérables.

 

En trois parties et un épilogue étonnant, se déroule la vie de ce garçon qui voit son pays ravagé. Tout se passe durant les années 1970 et si j’ai bien entendu parler des incroyables malheurs apportés par les Khmers rouges, grâce à Guillaume Sire, j’ai été plongé dans ces années terribles où tout bascule, où des êtres dits humains se croient tout permis et commettent les pires exactions.

 

C’est vécu presque au jour le jour comme dans cet hôpital Calmette de Phnom Penh où dans la mission Saint-Joseph qui recueille des orphelins que de riches Français viennent récupérer avant qu’ils sachent parler mais exigeant qu’ils soient propres. Détail important : avant ce rapt déguisé en adoption, aucun bébé n’a encore reçu de prénom.

 

Prostitution, viols, misère, famine, tout cela se vit sous les bombes et les roquettes mais Savarouth qui a appris à jouer aux échecs avec son père, est très fort grâce à ce monde imaginaire forgé à partir des légendes lues par sa mère.

 

J’ai regardé Odysseus’ Gambit, ce court-métrage conseillé par Guillaume Sire et c’est avec une émotion intense que j’ai vu cet homme qui a traversé tant d’épreuves, subi tant d’horreurs, été grièvement blessé, Savarouth qui joue aux échecs à Union Square dans la ville de New York, aujourd’hui…

Jean-Paul

 

Avant la longue flamme rouge     par     Guillaume Sire.

Calmann-Lévy (2020) 331 pages.

Prix Orange du livre 2020.

 

 

Quel passionnant mais bouleversant et déchirant roman que Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire. Nullement étonnant qu'il ait séduit le jury du Prix Orange 2020 !

L'histoire se passe en 1971, la guerre civile fait rage, Norodom Sihanouk vient d'être destitué par le coup d'État du général Lon Nol, soutenu par les Américains. Ce dernier, aussitôt sur le trône a proclamé la République et n'hésite pas à héberger au palais royal astrologues, nécromanciens et sorcières dont le premier conseil est de traquer et d'exécuter les Cambodgiens d'origine vietnamienne. Si ses armées maîtrisent à peu près Phnom Penh, vers où les réfugiés affluent mais dont les habitants ne sont pas pour autant à l'abri, elles doivent, ailleurs, faire face et résister aux Khmers rouges et aux Vietcongs, le pays est à feu et à sang.

 

C'est dans ce Phnom Penh assiégé que nous allons découvrir la famille Inn. : la mère Phusati, le père Vichéa et leurs deux enfants Saravouth, 11 ans et Dara 9 ans. Au début du roman, ils semblent mener une vie paisible. Phusati enseigne la littérature française au lycée René Descartes et son plus grand plaisir est de lire des histoires à ses enfants et pour elle toute occasion est bonne pour réciter un vers, le plus souvent de René Char. Vichéa, lui, travaille à la chambre d'agriculture où il instruit les litiges entre paysans et les enfants savourent le moment où leur père rentrent du travail, Saravouth lui proposant aussitôt une partie d'échecs et Dara lui présentant ses dessins. Avec les lectures de Peter Pan et de L'Odyssée, Saravouth arrive à construire un pays imaginaire, un véritable Royaume Intérieur qu'il essaye de faire partager à sa sœur. Mais l'Empire Extérieur, la réalité avec ses dangers va tous les rattraper.

 

Ce roman, inspiré d'une histoire vraie, rappelle s'il en était besoin la monstruosité et les dégâts engendrés par les guerres. En prenant Saravouth, ce jeune enfant comme victime principale de ce carnage, l'auteur nous implique intimement dans ce récit.

 

Rester en vie, Saravouth n'y pense que pour retrouver sa famille et la douceur de son foyer, son Royaume est en piteux état.  Seul, l'espoir de retrouver les siens le maintient en vie. Une ténacité à toute épreuve et une force mentale hors du commun le poussent à continuer sa quête, à retourner sur les lieux, à fouiller les ruines ...

 

L'auteur sait trouver les mots pour nous décrire l'indescriptible. Une écriture exceptionnelle fait côtoyer le pire et la beauté, avec parfois un entrelacs des deux  comme cette nature luxuriante qui peut se transformer elle aussi en ennemie : les sables mouvants dans lesquels Saravouth manque y laisser sa peau, les marécages, où la vase arrive jusqu'aux genoux de ceux qui fuient, les moustiques s'acharnant sur eux,  ou encore ce tigre décharné et blessé qui se dresse face à eux, ceci alors que des grenades éclatent à moins de cent mètres.

 

Guillaume Sire (photo ci-dessus) tout en nous plongeant dans ce conflit décrit également fort bien le pays, son climat avec la saison des pluies, sa nature dévorante et ses animaux, son lac Tonle Sap et ses sampans, ce pays  encore ancré dans le passé avec la sorcellerie, les astres, mais aussi la magie bénéfique des plantes et aussi  la vie de ces Cambodgiens qu'ils soient paysans ou autres. N'oublions pas enfin les cris, le bruit des armes, mitrailleuses ou grenades et les odeurs qui peuvent être d'une grande délicatesse ou au contraire nauséabondes, le plus souvent mêlées, le tout formant le cadre sonore et odorant du roman.

 

Ce livre est rempli de poésie. Il est une ode à la littérature, une ode au pouvoir de l'imaginaire, de l'esprit qui permet de se retrancher d'une réalité trop atroce pour être vécue, mais jusqu'où ?

 

Je savais qu'il s'agissait d'une histoire vraie dès le départ et pourtant l'épilogue m'a laissée sans voix.

 

Je pense que pour saisir toute la richesse de ce roman, il faut absolument le lire et je remercie infiniment Nicolas Swirn de Lecteurs.com, grâce à qui j'ai  pu le découvrir. Cela restera pour moi un moment de lecture inoubliable !

Ghislaine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Azeline 04/10/2020 09:54

Bonjour Jean-Paul, je me rends compte que je n'ai jamais rien lu sur le Cambodge alors que j'ai connu des réfugiés. J'ai travaillé avec une femme qui avait fui son pays avec ses enfants.Ils avaient connu (entre autres) la faim et elle a souvent pleuré quand elle voyait la nourriture jetée à la poubelle.

Jean-Paul 04/10/2020 11:29

Merci Azeline pour votre commentaire. Aussi, je ne peux que vous encourager à lire "Avant la longue flamme rouge".

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog