Sarah Cohen-Scali : Max

Max      par    Sarah Cohen-Scali.

 Gallimard Jeunesse (2012), Scripto (2015 et 2019) 472 pages.

Prix Sorcières Romans adolescents (2013).

Prix des Libraires du Québec (2013).

 

Quelle audace, quelle originalité et en même temps y a-t-il meilleur narrateur qu'un enfant pour nous parler de ce fameux programme "Lebensborn" initié par Himmler dès décembre 1935 et qui perdura jusqu'en 1945 ?

 

Photo ci-contre : Sarah Cohen-Scali.

 

Ce projet Lebensborn, l'un des plus secrets et terrifiant projet nazi, peut être traduit par "source de vie". Des femmes sélectionnées, jugées "racialement pures" par les nazis mettent au monde dans le secret, de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.  Plus horrible encore, a été ensuite, l'enlèvement d'enfants répondant aux critères raciaux (cheveux blonds et yeux bleus notamment) et leur transfert dans des centres Lebensborn pour y être "germanisés".

 

Le livre débute donc dans la première maison Lebensborn créée en 1936 dans Steinhöring, un petit village non loin de Munich, lors de la naissance de notre narrateur, ou plutôt la veille à minuit, le 19 avril 1936, quand il est encore dans le ventre de sa mère. Il nous dit qu'il aurait déjà dû naître la veille, mais qu'il a tout fait pour retarder cela, et que, dans une minute, il aura réussi : " Mon vœu, le premier de ma vie à venir, est de voir le jour le 20 avril. Parce que c'est la date anniversaire de notre Führer. Si je nais le 20 avril, je serai béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde."

 

Le ton est donné. C'est donc cet enfant qui va tout nous raconter depuis sa conception, sa naissance bien sûr, sa grande crainte ensuite dans les mains du Docteur Ebner de ne pas répondre aux critères raciaux, sa vie avec sa maman réduite aux tétées, comment celle-ci a été sélectionnée pour faire partie du programme, jusqu'à l'apothéose. Son baptême, désormais remplacé par la cérémonie du Namensgebung, la "donation du nom" est présidé par… vous l'avez deviné, le Führer en personne, pour le récompenser d'être né le 20 avril comme lui et sa maman a été sacrée championne des donneuses de lait ! Un moment grandiose immortalisé par une photo où ils ont eu le privilège de poser avec le Führer, photo qui va revêtir une extrême importance. Et le principal, il a maintenant un nom et un prénom : Konrad von Kebnersol, K comme Krupp.

 

Ce bébé qu'on pourrait qualifier de surdoué a vite compris que les gens autour de lui s'exprimaient en langage codé et, contrairement à ses collègues de la maternité, il l'a vite déchiffré et compris que, par exemple, ces jeunes femmes qui n'ont pas convenu à la sélection et qui ont été "réinstallées", n'ont pas été installées ailleurs, mais tout bonnement exterminées. De même que lorsque des chauffeurs viennent chercher "les lapins", "ce sont les bébés qui servent de cobayes et qui sont livrés à l'institut de Vienne, pavillon 15." et d'autres encore... Quelques événements vont intervenir et perturber cette vie qui semblait toute tracée, puis il y aura la rencontre, lors d'une sélection parmi des enfants raflés, avec Lukas, jeune juif polonais, son aîné de quatre ans rencontre qui va tout bouleverser. La suite, à vous de la découvrir.

 

Contrairement à beaucoup d'ouvrages, ce roman s'inspire de faits réels, certains personnages dont le rôle est important dans l'intrigue ayant d'ailleurs réellement existé. On peut le qualifier de roman ou plutôt de fable historique, une fable glaçante, fascinante,  très dérangeante écrite de façon très caustique. C'est une fiction, certes, mais basée sur tellement de faits réels qu'elle fait frissonner. Heureusement, beaucoup d'humour traverse cet écrit et permet  de ne pas sombrer. On est, au contraire, scotché à ce personnage qui  nous tient en haleine jusqu'au dernier mot.

Un roman choc, un roman jeune-adulte, à lire par des ados, tout de même après explications. 

 

Ghislaine

 

 

Max    par    Sarah Cohen-Scali.

 Gallimard Jeunesse (2012), Scripto (2015 et 2019) 472 pages.

Prix Sorcières Romans adolescents (2013).

Prix des Libraires du Québec (2013).

 

Bien sûr, j’ai déjà lu et entendu parler à propos des Lebensborn, « fontaines de vie », en traduction littérale. C’était, en réalité, un programme de sélection des nouveau-nés puis des enfants pour créer la fameuse race supérieure aryenne rêvée par les Nazis.

 

Mais, en me plongeant dans la lecture de Max, le roman de Sarah Cohen-Scali, publié pour les plus de 14 ans mais surtout à ne pas réserver à la jeunesse, j’ai été complètement aspiré par le drame effroyable, cet engrenage inimaginable et pourtant bien réalisé par Himmler et des gens tout à fait respectables, intelligents, cultivés, comme le docteur Ebner et les sages-femmes, les infirmières, tous ceux qui l’assistaient.

 

Max qui est nommé Konrad - avec un K comme Krupp - à sa naissance, le 20 avril 1936, au foyer de Steinhöring, près de Munich, raconte. C’est lui, ce personnage fictif et pourtant d’un réalisme poignant qui m’a emmené jusqu’au bout que tout le monde connaît, la victoire des Alliés sur les Nazis en 1945, avec d’immenses dégâts matériels et surtout humains impossibles à réparer à cause de la quantité incroyable de victimes de Hitler et de ses sbires.

 

Max raconte donc et c’est d’une franchise, d’une spontanéité qui fait souvent sourire malgré les perspectives que l’on connaît. Il est dans le ventre de sa mère qui fut violée par un Waffen-SS évaporé ensuite, et il fait durer, retarde au maximum sa venue au monde pour naître le même jour que le Führer, ce fameux 20 avril.

 

Petit à petit, grâce à Max, je découvre toute l’incroyable organisation méprisant les règles les plus élémentaires de l’humanité afin de sélectionner les êtres « parfaits » à venir. Si on sélectionne, on élimine sans pitié et les prisonniers du camp de Dachau sont là pour nettoyer, embellir les lieux avant de mourir.

 

Le petit Max observe, décrit mais il est absolument persuadé de l’utilité de ce qu’il constate, soutient complètement le régime nazi, même s’il a peur, parfois, de faire partie de ceux qui sont « réinstallés » ou éliminés car on s’exprime en langage codé, ici.

 

Quand Max grandit, il est emmené en Pologne, à Poznań, où je découvre une autre facette abominable du plan, la capture des enfants polonais blonds, après sympathisation avec Max. La séquence avec Bibiana, cette femme extraite du camp de Ravensbrück pour jouer la mère de Max, est particulièrement terrible. De plus, les scènes de débauche entre les Frauen, putes allemandes pour les officiers et les Polonaises pour les simples soldats, sont très réalistes.

 

 

Changement de décor à six ans. Max est à Kalish, toujours en Pologne, où il est mêlé aux autres enfants embrigadés, scolarisés sous la direction de Johanna Sander. Max se fait passer encore pour un Polonais pour rassurer les autres. Lui qui a été Baptisé Par le Führer en Personne (BPFP), il découvre toute l’horreur de la sélection des filles et des garçons. C’est là qu’il est fasciné par un gars de douze ans, Lukas, qui joue un rôle très important ensuite. Surtout, il permet de comprendre le sort réservé aux Juifs et sa description du ghetto de Lodz est terrible.

 

Ensuite, c’est la Napola (NAtionalPOlitische LehrAnstalt) à Postdam. J’ignorais ce mot et j’apprends qu’il y en avait ailleurs comme à Rouffach, en Alsace. Dans un ancien hôpital psychiatrique dont on a « réinstallé » les malades, c’est-à-dire qu’ils ont été tués, gazés dans des camions, Max et Lukas sont scolarisés, l’un en primaire, l’autre en secondaire.

 

Les événements, les rebondissements ne manquent pas, les drames non plus. Même si Max-Konrad qui est toujours un parfait petit nazi, le vit mal, le sort de son pays est en train de basculer et les voilà tous les deux dans Berlin bombardée, avec Manfred, camarade que Max méprise puis accepte. Les couloirs du métro, les caves, l’appartement de la famille de Manfred puis les Russes qui libèrent et violent les femmes tout en chassant les SS, la fin est proche.

 

 

Max est un roman dont les principaux protagonistes comme le docteur Ebner, Johanna Sander et d’autres ont bien existé, ont bien appliqué consciencieusement cet odieux Lebensborn mais il est terrible d’apprendre qu’à l’issue du procès de Nuremberg, ces gens-là ont été libérés.

 

 

Quant à Max, Sarah Cohen-Scali (photo ci-dessus) a eu l’idée géniale de le créer et de lui faire raconter de l’intérieur ces années atroces qu’il ne faut en aucun cas oublier. De plus, l’hommage qu’elle rend aux déportés, aux victimes des camps de la mort, m’a particulièrement touché.

 

Un grand MERCI à Emma car Max est vraiment un livre à lire !!!

Jean-Paul

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog