Vilma Fuentes : Des châteaux en enfer

Des châteaux en enfer       par     Vilma Fuentes.

Traduit de l'espagnol (Mexique) par Jean-Marie Saint-Lu.

Actes Sud (2008) 336 pages.

 

 

Vilma Fuentes (photo ci-dessous), née à Mexico en 1949, est écrivaine et journaliste et vit à Paris depuis 1975 où elle est correspondante pour la presse écrite et audiovisuelle de son pays.

Dans ce livre, elle réussit à nous faire vivre au cœur de la féroce bataille opposant promoteurs et gens du cru pour créer ce que l’on fait passer depuis pour un paradis : Acapulco.

 

Dans un aller-retour incessant entre ce qui s’est passé trente années en arrière et ce que l’on peut voir aujourd’hui, j'ai partagé l’intimité de plusieurs personnages-clés comme ce Rey Lopitos qui paiera de sa vie son opposition au projet, cette señora Hinojos Casanova mais encore don Simón, le Révérend et beaucoup d’autres personnages pas toujours facilement identifiables à cause des différentes dénominations qui peuvent leur être attribuées.

Ce roman, traduit par Jean-Marie Saint-Lu, devient beaucoup plus passionnant lorsque l’on fait connaissance avec don Justo C., ex-Président de la république qui vit les premières heures d’après mandat et va rendre visite à son prédécesseur.

 

Toutes les turpitudes et les compromissions ressortent alors. L’auteur nous fait comprendre une différence importante entre l’esprit d’un Gringo, celui qui vient des USA, le pays voisin, et un Mexicain.

 

Quand le premier parle d’un projet, pour le second, ce n’est qu’un rêve. Cette nuance est d’importance ensuite pour l’efficacité et le rapport à l’argent dans ce qui aura transformé plusieurs hectares perdus dans le désert, face à la mer, en un empire touristique, enfonçant encore un peu plus les humbles dans la précarité et la pauvreté.

Jean-Paul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog