Tom Sweterlisch : Demain et le jour d'après

Demain et le jour d’après     par    Tom Sweterlitsch.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Michel Pagel.

Titre original : Tomorrow and Tomorrow.

Albin Michel/Imaginaire (2021) 416 pages.

 

Après Terminus, Demain et le jour d’après est le deuxième roman de Tom Sweterlitsch traduit en français, bien qu’écrit avant.

 

Pittsburgh a été rasée lors d’une explosion nucléaire terroriste, il y a dix ans, « cinq cent mille existences annihilées dans un éclair blanc aveuglant ». John Dominic Blaxton, éditeur de poésie et poète lui-même « Ç’avait toujours été ma véritable passion, publier les poèmes des autres – diriger une collection de poésie. » a perdu dans la catastrophe sa  femme Theresa qui devait accoucher prochainement d’une petite fille. Lui-même était en déplacement ce jour-là. Il lui est impossible comme pour tous les survivants d’oublier ce jour fatidique. Il s’est reconverti en enquêteur pour la Cie d’assurances State Farm. Lorsque les familles demandent à être indemnisées pour les proches qu’elles ont perdus, le cabinet lui demande de vérifier que le décès a bien été causé par la bombe.

 

Pour mener ses enquêtes, il a recours à l’Archive, un super programme virtuel qui permet de suivre la vie des habitants de Pittsburgh jusqu’au terrible instant et de choisir de voir et de revoir tel endroit à tel moment quand on veut. En effet, en réaction à cet attentat, les États-Unis se sont enfoncés dans un réflexe sécuritaire et ont développé la cybernétique,  à savoir les implants électroniques que l’homme peut utiliser pour augmenter ses capacités, la place très importante donnée aux réseaux, aux IA et au hacking et c’est ainsi que Dominic comme tout un chacun dans ce monde pas très lointain est équipé d’un neurospam, un implant dans le crâne, connecté au cerveau et à maints réseaux, qui lui augmente vision et capacités et le submerge quasiment en permanence d’infos et de pubs où la violence et le porno sont les maîtres, symboles de la décadence américaine. Et bien sûr, selon le modèle, les performances peuvent varier !

 

Tom Sweterlitsch inscrit son roman dans un contexte très noir où l’homme a été broyé, déshumanisé par l’émergence brutale d’une technologie à la vitesse d’évolution exponentielle. 

 

Il dépeint une société imaginaire organisée de telle façon qu'il est impossible de lui échapper, dont les dirigeants peuvent déployer une autorité totale  sur des citoyens qui ne peuvent plus exercer leur libre arbitre.

 

Dominic, dépressif, se drogue depuis ce terrible choc et ne peut oublier sa femme. Il va sans cesse dans l’Archive, cette mémoire collective, pour la retrouver et retrouver les moments heureux passés ensemble. Il y va également pour ses enquêtes et c’est là qu’il découvre un jour, le corps d’un cadavre de femme qui dépasse de la boue et il va bientôt se retrouver face à des difficultés successives qui devraient l’empêcher de continuer et des gens haut-placés vont se charger de le faire renoncer. Mais cet homme, cette sorte de anti-héros, un être à la marge qui agit quasi comme un funambule poursuit son chemin envers et contre tout et va  notamment se battre contre ce pouvoir dépourvu de toute éthique.

 

C’est pour cela que Demain et le jour d’après se classe à la fois comme thriller et Cyberpunk, classement que j’ai pu définir, grâce à l’excellent Guide des genres et sous-genres de l’imaginaire d’Apophis. 

 

C’est une enquête passionnante et de longue haleine menée de façon virtuelle dans un contexte dystopique, une société gangrenée où violence, atrocités, féminicides sont monnaie courante, que notre protagoniste Dominic tente de débrouiller.

 

C’est lui, qui par son côté un peu inadapté, poète, un peu fou, d’homme à la marge, qui n’a plus rien à perdre apporte une dimension humaine et cependant tragique à cet ouvrage dans lequel le deuil, l’absence, le ressenti et le poids de la culpabilité des survivants mais aussi les dangers que peuvent présenter les nouvelles technologies entre les mains de dirigeants peu scrupuleux sont particulièrement bien analysés.


J’ai cependant eu du mal à m’immiscer dans cette ambiance grotesque d’images et de sons que j’avais l’impression de recevoir directement sans connaître leur provenance, voulant comme Dominic, m’en débarrasser sans y parvenir.

 

Difficile tout de même de plonger dans ce monde effrayant et impitoyable pour les femmes surtout, dans lequel je ne voudrais à aucun prix vivre.

 

Je remercie Albin Michel Imaginaire pour m’avoir permis de découvrir ce genre littéraire.

 

Ghislaine

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
D
Oh ça a l'air bien sombre, pas pour moi en ce moment mais merci pour la découverte !
Répondre
G
Merci à toi Dominique pour ton passage et pense un peu à moi sur Babelio ...
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog