Caroline Laurent : Rivage de la colère

Rivage de la colère       par    Caroline Laurent.

 Les Escales/Domaine français (2020) 412 pages.

Prix Maison de la Presse 2020.

 

Très récemment j'ai pu voir sur France 2, un excellent documentaire intitulé : Décolonisations, du sang et des larmes qui nous rappelait qu'une société qui ne parvient pas à assumer un héritage, si encombrant et honteux soit-il, est vouée à se déchirer.

 

En lisant Rivage de la colère, ce magnifique roman, je n'ai eu de cesse de repenser à ce film.

 

Si le Royaume-Uni semble bien s'en sortir et avec une certaine humanité, en acceptant l'indépendance de l'île Maurice le 12 mars 1968 suite au référendum du 17 août 1967 où le oui l'avait emporté, une clause classée Top Secret révèle un gâchis monstrueux et un complet désintérêt pour la souffrance humaine : "l'indépendance de Maurice était conditionnée au "détachement" de l'archipel des Chagos" (l'archipel des Chagos avait été rattaché à la colonie Maurice en 1903). Un accord secret était passé entre le Royaume-Uni et les États-Unis pour louer Diego Garcia (photo ci-dessous, Diego Garcia vidée de ses habitants), un atoll de l'archipel des Chagos aux Américains, un projet de base navale étant en vue. Un plan en trois étapes était prévu par les Britanniques : "D'abord, encourager les départs volontaires, sans préciser aux voyageurs que le retour sur l'île leur serait interdit. Ensuite, pousser les gens à partir d'eux-mêmes en stoppant l'acheminement de vivres et de biens via les navires de ravitaillement. Enfin, face à d'éventuels récalcitrants, ne pas hésiter à employer la force".

 

C'est cette sombre histoire que Caroline Laurent retrace superbement.

En alternant  deux récits, celui assez bref de Séraphin, le fils qui raconte le combat qu'il mène pour pouvoir revenir sur cette île, ayant pris dans cette lutte, la suite de sa mère et celui de la vie de cette dernière Marie-Pierre Ladouceur, racontant la vie sur l'île, sa rencontre avec Gabriel  et les conséquences qu'ont pu avoir l'indépendance de l'île Maurice et ce fameux dossier Top Secret sur sa vie, sur leur vie et celle des autres Chagossiens.

 

Le récit de Marie débute en mars 1967 et se situe sur la plage de Diego Garcia, sur l'archipel des Chagos. Elle est la première à apercevoir le cargo "Sir Jules" chargé de tant de rêves : "Un royaume se déversait sur les plages de l'île. Des denrées introuvables à Diego, comme le riz, la farine, ou le sucre ... du vin, du tissu, du savon, des médicaments...." Les hommes sortent des entrepôts et elle, va aussitôt à la parcelle où les femmes écalaient les cocos pour les prévenir. Sa sœur Josette attend avec impatience l'arrivée du curé qui pourra l'unir à Christian. Et voilà que débarque un beau jeune homme, à la peau couleur "thé au lait", il arrive de Port-Louis, s'appelle Gabriel Neymorin. Il  est le nouveau secrétaire de Marcel Mollinart, administrateur de l'île et qui possède la plantation de coprah. Des tonnes de ce coprah sont exportées chaque année vers Maurice et le reste du monde et Gabriel devra veiller avec lui sur sa production.

Dès les premières pages, j'ai été embarquée dans ce roman imprégné de couleurs, d'odeurs, de sentiments, de sensualité, d'exotisme. J'avais l'impression d'être moi-même sur la plage de cette île paradisiaque. Mais bien vite, dans cette vie simple et heureuse va se profiler un changement quasi imperceptible au début, qui va progressivement enfler jusqu'à ce moment où tout va basculer lorsque les derniers Chagossiens vont être convoqués sur la plage par des soldats Britanniques. Ces derniers leur demandent de rassembler quelques affaires, seulement l'essentiel, ils doivent évacuer Diego Garcia pour Maurice sur le champ.

 

Les regards perdus, les lamentations, l'incompréhension : le désarroi est total. Pourquoi doivent-ils quitter leur île, qui l'a décidé, quand reviendront-ils ? Autant de questions pour lesquelles aucune réponse n'est apportée

 

Quelle sensibilité, quelle justesse l'autrice a su rendre dans cet exode ! C'est d'une tristesse inouïe.

 

Que d'émotions ressenties tout au long de ce roman sur l'exil et la révolte dans lequel la fiction permet de faire connaitre à chacun ce drame historique, cette injustice incommensurable.

 

Grâce à ce roman historique et à travers l'épopée de Marie Ladouceur, j'ai d'abord découvert ces îles Chagos dont j'ignorais l'existence, et surtout le terrible destin qui a été réservé à ses occupants lorsqu'en 1971 ils ont dû quitter leur île et n'ont jamais pu y revenir. Une île vidée de ses habitants pour l’installation d’une base américaine.

Caroline Laurent (photo ci-dessus) fait revivre ces conditions de transport dans les cales du cargo, l'accueil inexistant sur l'île Maurice et l'obligation alors pour survivre de rejoindre un bidonville sans jamais tomber dans le misérabilisme, mais en donnant à ses personnages tout le courage et la force nécessaires pour vaincre ces moments qui ne devraient jamais exister. On ne peut être que scandalisé par de tels traitements.  Des faits dont les médias se sont désintéressés et dont ils ne parlent toujours pas, bien que la Cour internationale de justice de la Haye, la plus haute juridiction des Nations Unies ait jugé, en 2019, que l'administration britannique de l'archipel des Chagos, dans l'Océan Indien, ne devait plus exister plus de 50 ans après l'annexion, jugée "illégale" de l'archipel par le colonisateur britannique. Une victoire symbolique pour les Chagossiens même si l'avis n'est pas contraignant.

 

Merci à Caroline Laurent pour cet ouvrage au souffle puissant qui a été pour moi un véritable coup de cœur et qui a remporté le Prix Maison de la presse 2020 !

Ghislaine

Rivage de la colère        par    Caroline Laurent.

 Les Escales/Domaine français (2020) 412 pages.

Prix Maison de la Presse 2020.

 

Il faut absolument lire ce livre, ce roman de Caroline Laurent, car il éclaire un drame de l’histoire récente trop peu connu, mis sous le boisseau pour servir les intérêts des puissants, ceux qui exploitent le peuple sans aucun état d’âme.

Qui connaît les îles Chagos ? J’avoue mon ignorance et je remercie celle qui m’est chère de m’avoir, cette fois encore, poussé à lire Rivage de la colère.

 

Perdues dans l’Océan Indien, près de l’Équateur, les îles Chagos (Diego Garcia, Peros Banhos, Salomon et d’autres atolls) dépendaient de l’île Maurice, colonie britannique depuis 1814 après avoir été françaises. Nous y avions amené des esclaves originaires de Madagascar et du Mozambique pour y exploiter la noix de coco…

 

Rivage de la colère débute en 1967 quand arrive un jeune Mauricien, Gabriel, qui vient seconder l’Administrateur installé à Diego Garcia. Là, Marie-Pierre Ladouceur vit heureuse dans cette nature préservée, même si elle travaille comme les autres à l’exploitation des noix de coco pour produire l’huile de coprah. Gabriel et Marie se rencontrent et s’aiment malgré leurs différences et les préjugés. Elle est déjà mère d’une petite Suzanne, tombe sous le charme du nouvel arrivant, le séduit mais les jours heureux vont bientôt se terminer subitement. En effet, un référendum permet à Maurice d’obtenir l’indépendance mais un accord secret cède l’archipel des Chagos aux Anglais qui ont un accord avec les États-Unis voulant y créer une base militaire.

Toute la population est évacuée en quelques heures, sans ménagement, embarquée dans la cale d’un cargo pour Maurice. Là-bas, ces familles laissées à l’abandon, vivent dans un bidonville. Tout cela, Caroline Laurent me l’a fait partager, vivre intensément aux côtés de Marie, de Gabriel et surtout de Joséphin, leur fils qui ira jusqu’à la Cour Internationale de La Haye pour obtenir réparation.

 

Mais que de souffrances ! Que de blessures ! Que de vies sacrifiées si injustement ! Toutes ces existences balayées, ces femmes et ces hommes humiliés à cause de la couleur de leur peau, spoliés, chassés sans ménagement, traités comme on traitait autrefois les esclaves.

 

Malgré l’arrêt de Cour de La Haye, le combat continue car aucune exécution n’est encore intervenue pour que les Chagossiens puissent revenir vivre sur leurs îles. Dans sa postface, Caroline Laurent confie ses origines mauriciennes du côté maternel et replace son roman dans le cadre historique pour que nous soyons pleinement conscients d’un drame un peu trop vite oublié.

Rivage de la colère est un roman historique déchirant, remarquablement écrit et bien construit. J’ai pleinement adhéré à cette histoire qui m’a appris une autre facette honteuse de l'histoire de l'humanité qu'il est encore possible de réparer.

Jean-Paul

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

PommeBeu 09/11/2020 10:08

Entièrement en accord avec vos propos.
Excellente narration au service des oubliés de l'Histoire.

A lire sans modération !

Dominique Sudre 09/11/2020 09:19

Comme vous deux j'ai tellement aimé ce roman de Caroline Laurent, à la fois la découverte de l'histoire des chagosiens, et la façon dont elle en parle. Une belle réussite.
Avez-vous lu son précédent ? Différent mais très bien aussi.

Jean-Paul 09/11/2020 10:40

Hélas non, Dominique mais c'est assurément une autrice à suivre...

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog